Grosse frayeur sur le vélo de Laurent G

Publié le par Laurent Gouverneur

Alors que j'étais au centre média pour essayer de faire refonctionner mon Mac, je reçois un SMS de Thomas qui est au bike parc avec Laurent et Ben afin de contrôler les vélos et remettre un peu d'huile :

"Viens en urgence, ton bras de suspension arrière est cassé !"

Oups, le stress monte d'un coup même si je suis relativement confiant après avoir lu l'expérience de 2 bikers français qui, l'année passée, avait vu leur vélo remonté par Specialized pendant la nuit suite à une casse du cadre pendant une étape.

Autre fait favorable : 30 % des participants à la course roulent sur un Specialized Epic...

Grosse frayeur sur le vélo de Laurent G
Grosse frayeur sur le vélo de Laurent GGrosse frayeur sur le vélo de Laurent G

Arrivé au bike-park, la sentence est claire : le bras est bien fissuré. Impossible de continuer ainsi ! Gros coup de stress tout de même ! Pour moi, il est impossible d'envisager un abandon sur problème mécanique.

Je me rends chez le team officiel qui ne peut m'aider puis au camp des bikers locaux (un campement immense qui me rappelle les 24 h des Crapauds). Un gars d'un magasin Specialized passe des coups de fil mais les magasins Spé des villes les plus proches sont en train de fermer. Après m'avoir présenté chez un autre dealer Specialized présent sur place, la solution est trouvée. Ils ont la pièce de stock ! OUF...

Après avoir envisagé de me remplacer le bras par un modèle alu pour une journée avant de récupérer un carbone, ils auront finalement trouvé un bras de suspension arrière d'occasion (tout de même d'un S-Works 2015 - la version Mat). Après avoir mangé, je récupère donc calmement mon bike réparé. Coût de l'opération : 0 pour la main-d'œuvre et environ 20 € pour la pièce. C'est vraiment pas volé et c'est cela aussi le Cape Epic.

Un grand merci au magasin Freewheel Cycology pour cette réparation express !

En tous cas, je dois à nouveau une fière chandelle à Thomas de l'avoir remarqué ! Je ne suis pas sûr que je l'aurais vu moi-même et à la première descente de l'étape 3, il aurait à coup sûr cédé... Ca aurait été l'abandon assuré...

Cela démontre aussi ô combien les vélos souffrent sur cette course !

Dernière photo : Mes sauveurs !
Dernière photo : Mes sauveurs !Dernière photo : Mes sauveurs !
Dernière photo : Mes sauveurs !

Dernière photo : Mes sauveurs !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article