10 conseils pour un débutant ("Newbie")

Publié le par Laurent Gouverneur

10 conseils pour un débutant ("Newbie")

Cette année, j’avais une drôle de mention sur mon dossard : j’étais un « newbie », un débutant ! Si je participe à nouveau, j’aurai désormais le privilège d’avoir un 1 sur le dossard. En attendant, sur base de mon expérience de newbie, voici quelques conseils pour l’amateur qui voudrait pendre part à cette course mythique :

1. Inscription : le Cape Epic est une course à laquelle il faut s’inscrire à l’avance. Si vous n’obtenez pas de place à la « Early bird entries » ni à la loterie, pas de panique ! En faisant preuve d’abnégation il y a moyen de trouver des places à racheter via le forum.

2. Coéquipier : c’est une course qui se fait par équipe avec un écart maximum de 2 min entre les équipiers. Il est donc primordial de choisir le bon coéquipier ! Quelqu’un qui a le même niveau mais aussi et surtout une personne avec qui vous vous entendez bien sur et en dehors du vélo. Il faut aussi pouvoir être complémentaire (sur le vélo ou pour les réparations par exemple) et savoir se motiver mutuellement. C’est vraiment un facteur clé de succès sur ce type d’épreuve.

3. Entraînement : c’est une épreuve qui nécessite une préparation sérieuse (environ 6 mois). Dans la mesure du possible, je recommande de se faire accompagner par quelqu’un qui s’y connaît en matière de plans d’entraînement. Il ne suffit pas d’accumuler les km, il faut aussi du qualitatif et du repos ! Un stage au soleil pour accumuler les km durant l’hiver sera un plus indéniable si vous pouvez vous le permettre.

4. Budget : les frais d’inscription ont encore augmenté pour 2016 suite à l’évolution des taux de change de l’Euro. Globalement, il faut compter un budget d’environ 5000 € par personne. Cependant, le Cape Epic est de loin la course VTT la plus médiatisée au monde. Il y a donc moins de dénicher quelques sponsors pour réduire le budget en faisant preuve de créativité et en travaillant la visibilité de l’aventure sur les réseaux sociaux par exemple (blogs, facebook, twitter).

5. Vélo : un tout-suspendu 29 pouces est vivement recommandé. 75 % des participants de l’édition 2015 roulaient dans cette configuration dont plus d’un tiers en Specialized Epic, vélo qui porte définitivement bien son nom. Le faire en hardtail est possible (mes 3 co-équipiers l’ont fait) mais les descentes sont fort cassantes et il vaut alors mieux avoir de gros bras et un dos bien musclé.

6. Matériel : le choix des pneus est primordial vu le terrain si vous voulez éviter de crever plusieurs fois par étapes. Le trio magique : pneus solides aux flancs renforcés (j’utilisais des Schwalbe Racing Ralph SnakeSkin), tubeless et liquide anti-crevaison type notube (il faut en remettre au moins une fois pendant la course) et kit de mèches (pour les réparations de gros trous). Je recommande également un double plateau. La plupart des pros roulent en monoplateau mais… ils sont pros ! Quasi toutes les étapes comportent des parties bien roulantes et des côtes très pentues (plus de 25 %). Avoir une large variété dans la transmission est donc fort utile.

7. Hydratation et compléments : il fait sec et chaud et l’hydration est donc fondamentale. Même si vous ne roulez habituellement pas avec un Camelbak, je recommande vivement d’en utiliser un. Je buvais jusque 7 litres par étape. Le pack nutrition (bidons préparés à l’avance et remis au ravito 2) peut également être un plus. Je conseille également les électrolytes (on en trouve dans les magasins de sport) pour lutter contre la déshydratation (1 cachet dans le bidon). Nous avions faire une cure de probiotiques avant et pendant la course et je pense que cela nous a été très utile. Aucun des 4 n’a eu le moindre problème gastrique. N’oubliez pas la crème solaire non plus (vous en recevez dans le welcome pack)

8. Bagages et vêtements : n’emmenez pas trop car le sac de l’organisation n’est pas très grand (il est par contre très pratique). Vous pourrez faire nettoyer vos équipements tous les jours (service super efficace) mais il est recommandé d’avoir tout de même 3 sets de maillots/cuissards. N’oubliez pas des manchettes, une veste pluie et un veste sans manches car il peut pleuvoir ou faire frais. Pour le matin et le soir, prévoyez aussi un pantalon et une veste chaude. Au niveau matériel, vous trouverez tout sur place en cas de casse mais prévoyez tout de même les petites pièces de rechange spécifiques à votre vélo. Au niveau nutrition, les ravitos sont très complets mais il n’y a pas de gels (vous pouvez néanmoins en acheter dans le camp). Il peut donc être utile de prendre un petit stock de gels surtout si vous êtes habitués à une marque particulière.

9. Gestion de la course :

a. Prenez la jour jour après jour et adaptez votre rythme en fonction de vos sensations et de celles de votre équipier. Votre rythme doit être celui du plus lent du duo.

b. Ne prenez aucun risque dans les descentes. A moins d’être un gros descendeur, il y a beaucoup plus à y perdre qu’à y gagner.

10. Petits conseils

a. N’oubliez pas de faire huiler votre chaine à chaque ravito. Il y a un service prévu pour cela et c’est très rapide. Cela vous évitera de perdre en efficience avec une chaine toute sèche et d’éviter les risques de casse.

b. Optez pour le pack massage : c’est vraiment utile et important pour la récupération. L’équipe de massage (des étudiants universitaires) est en outre très sympa !

c. Pour la GoPro, les attaches classiques ne sont pas suffisamment solides. Il faut prévoir une attache en alu sur le guidon (les fixations au casque sont interdites).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article